Posté le 30 mai 2018

La réserve de Berezinsky en Biélorussie

Une réserve naturelle bordée par la Berezina

La Réserve de Berezinsky est une « zapovednik »(statut de protection équivalent à la réserve naturelle française). Elle se situe à environ 120 km au nord-est de Minsk, capitale de la Biélorussie. Cette réserve est bordée à l’ouest par la rivière Berezina sur plus de 100 km et traversée par de nombreux affluents. Ce territoire d’origine glaciaire de 1100 km2 constitue une vaste mosaïque de forêts, de lacs, de marais et de tourbières. Certains milieux naturels sont vierges comme les forêts marécageuses et les tourbières. D’autres sont soustraits à l’activité humaine depuis 1925, date de la création de cette réserve d’Etat. Quelques zones agricoles composées de prairies et de cultures très extensives (à voir la densité de bleuet dans les blés) sont gérées en kolkhoze et sont situées dans une partie de la réserve où vivent les 1 000 habitants permanents. Une déprise agricole s’est amorcée depuis les années 2000 et de nombreuses zones agricoles sont colonisées par la forêt.

Les forêts couvrent 84 % de la réserve. Les parties septentrionale et centrale sont couvertes de vastes forêts de pins sylvestres pures ou en mélange avec de l’épicéa. Le bouleau dans les tourbières ou les zones de recolonisation, le chêne rouvre et l’épicéa sur les sols plus riches et l’aulne dans les zones humides constituent les autres essences principales de ces forêts naturelles, auxquels s’ajoutent trembles, sorbiers et saules. Les tourbières acides à sphaignes dont la plus grande couvre 11 000 ha donnent une idée de la dimension unique de cette nature par rapport aux espaces protégés d’Europe de l’ouest. Roselières, marécages, rivières et lacs occupent la partie méridionale de la réserve et forment sa zone centrale interdite à la pénétration humaine. Certaines îles et marais sont d’ailleurs inaccessibles une bonne partie de l’année. La flore (plus de 780 espèces recensées dans la réserve) présente principalement un caractère boréal et continental, comme en témoignent les pinèdes à myrtille des marais, les tourbières à sphaignes avec des plantes carnivores comme les droseras, des canneberges, des linaigrettes et des andromèdes et les forêts marécageuses à calla des marais et fougères des marais et à crête.

Les mammifères de Berezinsky contribuent au caractère mythique de ces immensités sauvages : loup, ours, lynx, loutre, élan, bison, chien viverrin, vison et castor. Difficile d’imaginer une telle richesse en plaine à une centaine de kilomètres d’une ville de 2 millions d’habitants dans les pays d’Europe occidentale. Peu d’endroits en Europe permettent comme Berezinsky d’entendre au même endroit les parades du tétras lyre, du grand tétras, les cris des grues cendrées et le chant de la chouette chevêchette. Parmi les autres richesses ornithologiques : l’aigle pomarin, le balbuzard pêcheur, la chouette de l’oural, les pics à dos blanc et tridactyle et la cigogne noire.

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
La coopération internationale La coopération internationale

La coopération internationale

En tant que réserve de biosphère, le Parc naturel régional des Vosges du Nord a engagé des actions de coopération […]

Agenda

Ciné-débat

Ciné-débat : les loups, nos voisins

29

novembre

Initiation

Plantations participative d’arbres fruitiers

29

novembre

Conférence

La transition énergétique à l’échelle locale

30

novembre

Exposition

Happy cristal

1

décembre

La charte

Charte du Parc 2013-2025 :

Consulter