Posté le 18 juin 2021

Un projet transfrontalier pour la sauvegarde et la réintroduction des écrevisses des torrents

Le projet Interreg « Espèces animales en danger » (EAD), œuvre pour la sauvegarde des espèces menacées de la réserve de biosphère transfrontalière des Vosges du Nord-Pfälzerwald. Dans ce cadre, un programme d’action pour sauver les écrevisses des torrents a été établi en collaboration avec l’Université allemande de Coblence-Landau, l’Office français de la biodiversité (OFB) et le Syndicat des Eaux et d’Assainissement Alsace-Moselle (SDEA). Les actions développées actuellement font suite à un premier projet expérimental mené sur le territoire du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord de 2017 à 2020.

Zoom sur l’écrevisse des torrents 

L’écrevisse des torrents (Austropotamobius torrentium) est un crustacé d’eau douce. De petite taille pour une écrevisse, elle mesure généralement moins de 10 cm. La France constitue la limite orientale de son aire de répartition européenne. Elle y a été signalée pour la première fois en en Alsace en 1858 et fut considérée pendant longtemps comme disparue avant d’être redécouverte dans le département de la Moselle au début des années 1990. Présente aujourd’hui uniquement dans 3 ruisseaux sur le territoire français, cette écrevisse est menacée d’extinction. Côté allemand elle est également très menacée et est placée sur liste rouge. Les actions menées dans le cadre du projet Interreg « Espèces animales en danger » doivent contribuer à la préservation et à la réintroduction de ce crustacé.

Avancées du projet en 2020-2021

Le programme de sauvegarde consiste à poursuivre les tests d’élevage de l’écrevisse des torrents réalisés en collaboration avec l’aquarium de Besançon. Le 30 septembre 2020, 23 femelles et 15 mâles ont été capturés dans un des derniers ruisseaux favorables du Bas-Rhin pour venir compléter les effectifs des géniteurs conservés à l’aquarium depuis la phase expérimentale du projet. Après un cycle d’accouplement et des pontes réussies, plusieurs femelles sont malheureusement mortes au cours de l’hiver. Des essais d’ensemencement des bassins d’élevage avec des micro-organismes (bactéries, champignons) essentiels à la bonne santé des écrevisses et issus des sites d’origine sont en cours afin d’améliorer les taux de survie. D’autres pistes d’élevage en milieu naturel sur des sites du Conservatoire des sites alsaciens sont à l’étude afin de disposer de plusieurs options à moyen terme.

Le programme vise également à réintroduire des individus géniteurs (et notamment des femelles porteuses d’œufs) directement dans des ruisseaux favorables. Deux sites ont été d’ores et déjà identifiés en France et font l’objet de lâchés d’écrevisses des torrents depuis 2019. Les premiers résultats sont encourageants mais il est encore trop tôt pour crier victoire. Identifier les bons ruisseaux pour tenter une introduction n’est pas chose facile. Les débits estivaux de plus en plus faible, la présence importante d’écrevisses du pacifique porteuses de maladies fongiques et le mauvais état des lits de rivières en contexte agricole sont les principales difficultés rencontrées. Au terme du programme EAD, quatre nouvelles populations d’écrevisses des torrents doivent être implantées en France et en Allemagne.

Enfin des études sont menées afin de mieux connaitre cette espèce ainsi que les facteurs de sa disparition. L’OFB recherche d’éventuelles pathologies sur les autres espèces d’écrevisses présentent dans le réseau hydrographique des Vosges du Nord. L’Université de Coblence-Landau réalise des analyses génétiques sur les dernières populations du Land de Rhénanie-Palatinat et les compare aux analyses françaises. Les premiers résultats montrent que les deux dernières populations de cette écrevisse dans les Vosges du Nord ont une origine commune avec certaines populations observées en Allemagne. Le SDEA participe aux diagnostics des milieux en réalisant des inventaires piscicoles et une analyse de la qualité des habitats aquatiques sur certaines rivières qui pourraient se révéler favorable à l’accueil d’écrevisses des torrents dans les prochains mois. Le Parc naturel régional des Vosges du Nord coordonne les opérations et mène un suivi régulier des populations réintroduites et des populations reliques. Ces suivis doivent être menés sans perturber les milieux aquatiques et les fragiles écrevisses. Dans cette optique, des gîtes artificiels particulièrement attractifs pour l’espèce ont été placés dans tous les cours d’eau concernés (plus d’une centaine à ce jour). Ils seront régulièrement vérifiés dans les prochaines années pour vérifier que les effectifs se maintiennent où se développent grâce aux différentes mesures mises en place.

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
« Espèces animales en danger » au sein de la Réserve de biosphère transfrontalière

« Espèces animales en danger » au sein de la Réserve de biosphère transfrontalière

Le projet Interreg « Espèces animales en danger » (EAD), œuvre pour la sauvegarde des espèces menacées de la réserve de biosphère […]

Agenda

Sortie nature

Les bêtes à poils de nos forêts

4

août

Spectacle

Festival mômes en scène

4

août

Sortie nature

Promenade forestière dans un vallon transfrontalier

6

août

Sortie nature

Les sons de la nuit

6

août

La charte

Charte du Parc 2013-2025 :

Consulter

A voir aussi...

Juri, un lynx lâché dans le Palatinat, fréquente les Vosges du Nord Juri, un lynx lâché dans le Palatinat, fréquente les Vosges du Nord

Juri, un lynx lâché dans le Palatinat, fréquente les Vosges du Nord

Juri est un mâle de deux ans, originaire du Jura Suisse, c’est un des derniers lynx lâchés le 16 mars […]

Concours général agricole des prairies fleuries Concours général agricole des prairies fleuries

Concours général agricole des prairies fleuries

Quand les fleurs nourrissent le bétail ! Le concours récompense des prairies naturelles (non semées), riches et diversifiées en espèces végétales […]

Des classes nature pour s’immerger dans son environnement Des classes nature pour s’immerger dans son environnement

Des classes nature pour s’immerger dans son environnement

La MER, Maison de l’eau et de la rivière, fait découvrir la nature aux enfants grâce à ses classes vertes. […]

La nature grande gagnante du concours Jardiner pour la biodiversité La nature grande gagnante du concours Jardiner pour la biodiversité

La nature grande gagnante du concours Jardiner pour la biodiversité

Amateurs ou professionnels, les jardiniers sont toujours plus respectueux de la biodiversité. Le Parc naturel régional des Vosges du nord […]