Posté le 27 mai 2021

La rénovation énergétique d’un monument historique, le château de La Petite Pierre

Lorsque l’on rénove un bâtiment, il est de plus en plus essentiel de faire attention aux questions de maîtrise énergétique et de l’impact environnemental. Cela à de nombreux avantages, faire baisser les factures de chauffage et de fonctionnement, mais aussi de limiter les conséquences sur l’environnement tout en préservant les qualités intrinsèques de nos patrimoines. Les risques de pathologie liés à des travaux non adaptés sont alors éliminés. Les choix opérés ont été dictés par les principes de sobriété. Le comportement des usagers restera déterminant… Ces principes peuvent être reproduits dans les maisons alsaciennes en colombages et en grès.

Une nouvelle chaufferie au bois
Grace à une isolation renforcée, les besoins en énergie ont été largement diminués et divisés par 3. L’enjeu a été alors de recourir à une énergie renouvelable en limitant drastiquement l’usage d’énergie d’origine fossile. Grâce au soufflage des pellets sur une distance de 50 m, un silo sur mesure a été implanté dans les caves du château sachant que la nouvelle chaudière bois assure 80 % des besoins en énergie.

Chiffre clés : Puissance chaudière bois + volume stockage pellets (à venir)

Création d’une ventilation double flux à partir des combles
Le renouvellement d’aire des espaces de travail est devenu déterminant sachant que les entreprises ont été extrêmement vigilantes afin d’assurer une parfaite étanchéité du bâtiment. La hauteur sous plafond étant relativement faible, la distribution et l’organisation des réseaux a été ingénieuse. Ainsi, des colonnes verticales placées dans des placards de visite et facilitant l’entretien desserve les niveaux sachant que la régulation de la ventilation double flux est directement accessible. L’implantation des machineries sous comble et les anciennes cheminées permettent une bonne évacuation de l’air afin d’éviter toute superstructure en toiture.

Chiffre clés : Consommation double flux / ou volume d’échange ? (à venir)

Comment isoler un monument historique ?
Classé monument historique, il a été déterminant de conserver les modénatures des façades. A ce titre, de multiples solutions techniques ont été mis en œuvre. L’isolation des planchers et des rampants de toitures ont été renforcés grâce à l’usage de laine de bois ou de ouate de cellulose. La projection de ouate a été favorisée afin de bien combler les interstices tout en laissant apparent les éléments de charpentes. La correction thermique des murs a été assurée par l’application d’un enduit correctif thermique de 6 cm à l’intérieur. Cet enduit composé de chaux, de liège et de diatomée permet de conserver les qualités perspirantes de l’enveloppe tout renforçant de 2,5 fois la résistance thermique des murs. L’entreprise Boehm, chaufournier indépendant d’Alsace, et le CEREMA Grand Est ont participé au développement de ce procédé innovant et performant.

Chiffres clés : Résultat de l’étude Cerema sur l’enduit correctif :
4 cm d’enduit correctif isole autant qu’un mur de grès de 50cm
L’étude a permis de déterminer la conductivité thermique sèche des enduits correctif à un lambda λ de 0,18 (W/m.K) ce qui est 12,5 plus performant que le grès à base silice dont le lambda est de 2,3 (W/m.K).

Chaux Michel Boehm/ DahlenheimCEREMA Grand EstLéon Noël/Strasbourg
Reportage vidéo sur les enduits correctifs

Des fenêtres patrimoniales en chêne
Des menuiseries en chêne massif associées à des doubles vitrages performants ont été réalisées sur mesure pour l’opération.  L’enjeu est de conserver des profils fins avec des petits bois à la durabilité renforcée grâce à l’usage de chêne naturellement durable. La façade nord accueille des menuiseries à gueule de loup tandis que la façade sud-ouest extrêmement exposée aux intempéries fait appel à des châssis à recouvrement aux joints renforcées. Chantier test, pour les menuiseries à recouvrement, les principes techniques ont été validés. L’ambition est de lancer leur développement avec des entreprises volontaires afin de les rendre accessible au plus grand nombre tout en en maîtrisant les coûts.

Chiffres clés : 74 fenêtres et portes ont été fournies et posées.
La performance de l’isolation thermique des menuiseries patrimoines est de l’ordre d’Uw de 1,4 W/(m2K). Les critères de qualité Air, Eau et Vent sont élevés pour assurer une parfaite étanchéité  : A:4, E:7B, V:4

Menuiserie JeanVollmer/Melsheim
Reportage vidéo sur les fenêtres

Slide 1
Le système de ventilation installée dans les combles du château de La Petite PIerre (c) PNRVNAE
Slide 2
Slide 3
Chaudière à pellets (c) PNRVN AE
Slide 4
Enduit intérieur à base de chaux, diatomée, liège et poudre de marbre.
Slide 5
Fenêtre patrimoniale en chêne au château de La Petite Pierre (c) PNRVN AE
Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Le chantier hors norme du château de La Petite Pierre Le chantier hors norme du château de La Petite Pierre

Le chantier hors norme du château de La Petite Pierre

Lorsque l’on rénove un bâtiment, il est de plus en plus essentiel de faire attention aux questions de maîtrise énergétique […]

Agenda

Chantier participatif

Atelier pour un jardin vivant, recettes de la biodiversité

25

septembre

Exposition

Jardin ouvert au Pfalzmuseum für Naturkunde (Musée des Sciences, de la vie et de la terre)

25

septembre

Sortie nature

Devenir millionnaire grâce à un verger : de la diversité des espèces dans les vergers et de leur utilité

25

septembre

Exposition

Exposition territoire 1870 : batailles de Wissembourg et Froeschwiller

25

septembre

La charte

Charte du Parc 2013-2025 :

Consulter